4 coloc et un poisson rouge

27 septembre 2007

Eneko 10

Eneko 10

 

 

 

 Euh… Pour ma défense… Eh bien, l'idée des pétales de roses, c’était pas vraiment mon idée. C’était celle de Julien. Et j’ai pas vraiment réfléchi.

 

 J’ai pris un sac poubelle, et j’ai remis la chambre de Lou en état, pendant qu’elle papotait dans la chambre avec Sophie. Le coming out de Florian m’a scotché. Merde, on a un PD en chair et en os à l’appart !

-Florian ?

-Yes ?

-Dis moi, ça fait combien de temps ?

-Que quoi ?

-Que t’es branché mec.

-Quelques années.

-Ah ouais. Et tes parents le savent ?

-Non. Ma petite sœur est au courant par contre.

 Après un silence, je me tourne vers lui.

-Nan mais sérieux, tu veux dire qu’une belle paire de nibards, ça te fait pas rêver ?

-Non.

 Florian se retient de rire devant moi, je le vois bien.

-Non, mais vraiment… une super belle poitrine ? Avec tout ce qu’il faut ?

-Une chute de rein, des tablettes d’abdos, des pectoraux. Ça, je kiff.

 Je soulève mon T-shirt et contracte mes abdos. Je suis pas mal gaulé. Je regarde Florian.

-Et moi ? je suis comment ?

-Pardon ?

-Pour un homo, je suis bandant ?

-Enek, t’es vraiment pas classe quand tu t’y met. Laisse tomber.

-S’il te plait, Florian…

 Il me jette un regard puis ses yeux balayent mon torse. Je fais un tour sur moi-même. Il reste silencieux.

-Quoi ? Je suis pas à ton goût ?

-Pour moi, t’es comestible.

 Comestible ?

-Et c’est tout ? Si j’étais homo, tu me proposerais pas un rancart ?

-Enek, je refuse d’avoir ce genre de conversation avec toi. T’es mon coloc.

-Mais merde ! C’est un handicap ici d’être un coloc ? Je peux pas embrasser la fille que je veux parce que je suis son coloc, je peux pas savoir si un copain me trouve bandant, parce que je suis son coloc…

-Enek, t’es vraiment un con.

-Merci.

-De rien.

-Mais un con, pas mal du tout. Si un jour tu veux…

-Non, non … c’est bon, je voulais juste ton avis.

Posté par doidepou à 21:21 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


16 septembre 2007

Lou 10

Lou

 

 

Ai tiré un trait sur cette histoire débile avec Enek. Ai déjà tout oublié. Comme ça… Sans aide… avec un peu d’alcool. Et une copine. Après avoir dédramatisé la situation dans quelques mojitos chez Amélie, tout devient plus clair. Rien à attendre de lui, rien à me reprocher, aucun péril en la demeure.

Bref.

J’ai dare dare filé rencart à mon artiste de petit ami pour une séance… artistique. Il y avait un peu de tragédie à la grecque quand je me suis jetée dans ses bras. Oh mon Ulysse !

Du coup, paf, on a fini dans son lit. Du coup, paf, j’ai vraiment tiré un trait sur Enek.

En fait, c’est quand j’ai repris contact avec le monde réel que ça m’a fait un peu mal. Le coup de l’amoureux transit, déjà, à la base, ça peut faire peur. Quand en plus cet amoureux transi habite dans le même appart… ça peut même faire des dégâts. On imagine la scène s’il vous plait… :

- Mon lit.

- Mon bureau.

- Mon armoire.

- Des pétales de roses.

    On agite le tout, et on obtient l’état de ma chambre quand je suis rentrée le soir à l’appart. Je dois avouer que j’ai eu du mal à trouver les mots. Un, pour ce qui avait été fait. Deux, pour mes deux crétins de colocs qui avait laissé faire l’abruti de premier coloc. Trois, pour savoir comment j’allais remettre ma chambre en état. Après une bonne dizaine de minutes d’hyper ventilation, j’ai organisé un plan d’action. Je suis allée m’installer dans le canapé. Florian dans la cuisine en compagnie de Sophie, en train de feuilleter un magasine en pouffant de rire. Enek le coupable, terré dans sa chambre.

-Réunion de guerre ! j’ai crié.

    Les deux ont lâché leur magasine, le cupidon empoté a sorti son nez timidement.

-Tout le monde dans le salon, j’ai répété.

 Tout le monde s’est mis en place autours de moi.

-Florian, tu peux disposer. Sophie ? Tu m’acceptes dans ton lit cette nuit ? Ma chambre va être ponctuellement indisponible ce soir. Enek doit faire des travaux de remise en état.

     Silence. Florian sourit. Sophie m’ouvre la porte de sa chambre. Enek pique un fard et fixe ses pieds. Je me lève et vais à la cuisine. Je regarde le magasine laissé en plan. Têtu. Enquête : Comment avoir une bombe sexuelle dans son lit. Débat : pour ou contre l’homoparentalité. Un magasine gay ?

-Euh Florian ? C’est à toi ?

-Eh bien… c’est clair que c’est pas à Enek…

-Bon. Bon. Je vais aller me coucher moi. Trop d’émotion, tue l’émotion…

Posté par doidepou à 23:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 septembre 2007

Sophie 10

Sophie

 

    Louper un rancart à cause d’une fourmi. Faut le faire. Nan mais franchement ! Faut le faire. Va expliquer ça à un mec en plus. Au choix. Je passe pour une folle. Ou pour une mytho. Ou pour une fille à l’imagination débordante. Je rallume mon portable. 3 nouveaux messages.

20h12 « je suis là, je t’attends près de l’église »

20h24 « Perdue ? En retard ? »

20h35 « Une autre fois alors… »

    Et il est 21h43

    Oh merde, merde et merde again ! Bon. Je l’appelle.

2 sonneries.

-Allo ? (voix masculine un peu rocailleuse dans le style je viens de me lever)

-Euh… (zut, je sais toujours pas son prénom). C’est moi. La fille en retard.

-Ah.

-Je te dérange ?

-Je bossais mes cours.

    Il y a un petit blanc des deux côtés du combiné.

-Bon écoute, si je devais te dire la vérité, je sais pas pourquoi je passerai alors on va rester dans le vague. J’ai complètement oublié notre rendez-vous.

-J’ai vu ça.

    Un autre blanc.

-Je… Tu t’appelles comment ?

-Samuel. Et tu es ?

-Sophie.

    Sophie la niaise qui préfère les fourmis à la compagnie d’un mec qui s’appelle Samuel.

-Sophie ? Sagesse ? Qu’est ce que tu fais demain à la même heure ? Ton portable branché ?

    Et en plus il n’est pas rancunier. Bingo !

Posté par doidepou à 00:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 juillet 2007

message de pause 5

C'est relâche en ce moment, vous l'avez remarqué.
Parce que ce sont les vacances pour les colocs aussi.
Mais ce blog n'est pas mort. Il reprendra, c'est certain, j'espère que vous serez là quandil redemmarera !!

Posté par doidepou à 23:37 - Commentaires [2] - Permalien [#]

30 juin 2007

Sorry

Désolée, j'ai eu des problèmes de connexion récemment, reprise dès que le wi-fi m'acceptera !!

Posté par doidepou à 23:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 juin 2007

Florian 10

Florian

 

 

Hum… Sophie est sur Internet depuis deux heures, et d’habitude, c’est pour aller sur MSN… Mais là… Bon j’avoue que je comprends pas tout.

-Sophie ?

-Moui ?

-Tu en as pour encore longtemps sur l’ordi ?

-Moui.

-Euh… t’es pas sur msn ?

-Non, je surf.

-Justement, à ce que j’ai pu voir… tu surfes sur…

-Sur des sites de myrmécophiles.

-Oui. C’est nouveau cette passion pour les fourmis ?

-Je suis tombée par hasard sur un blog de passionné, et j’ai creusé un peu sur le sujet.

-Ah. Bon.

 Je crois que je ne comprendrais jamais les filles. C’est pour ça que je préfère les mecs.

 

 

 

 Plus tard dans la soirée. Toujours sur les fourmis.

-Sophie ? C’était pas ce soir ton rendez vous avec ton inconnu ?

-Oh putain Florian ! Merde, j’ai zappé. Merde mon portable était éteint…

-Euh… et tu avais rendez vous à quelle heure ?

-Il y a une heure et demi.

-Bah à mon avis il est plus là…

-Je déteste les fourmis.

-Oui, au moins.

Posté par doidepou à 01:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 juin 2007

Eneko 9

Eneko

 Je me suis réveillée quand elle est sortie de ma chambre. Pas un mot, elle s’est enfermée dans la salle de bain. Je me suis senti coupable. Coupable d’être responsable de la situation délicate dans laquelle je l’avais mise. Enfin, je ne l’ai pas forcé à s’allonger à côté de moi non plus.

 Je me suis assis dans la cuisine, Lou m’a rejoint. Un regard qui n’était pas désolé, qui ne regrettait rien, mais qui n’encourageait pas non plus. Sophie a vanné un peu. Je suis parti à la fac sans lui dire un mot de plus.

 Texto à midi : « je déjeune chez Damien. On sort ensemble, nous deux, on oubli ». Paf. Comment une littéraire remet en place un dom Juan de droit civil ? En deux mots. On oublie. Julien m’a invité à passer la soirée à son appart. Pizza DVD.

-Tu me raconteras tes malheurs mon petit biquet !

Posté par doidepou à 15:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

09 mai 2007

message de pause 4

Période d'examens approchant, je fais une pause dans l'écriture...


En espérant vous voir nombreux à la reprise de la publication !

Lou et Enek finiront-ils ensemble ? Ou l'artiste Damien séduira-t-il définitivement Lou ? Sophie sera-t-elle à la hauteur de son rendez vous avec l'inconnu ?

Suite au prochain épisode, prévu pour la fin du mois...

Posté par doidepou à 18:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 mai 2007

lou 9

Lou

 

-Enek ? Je peux te parler ?

 Il lève la tête de son magazine.

-Pourquoi ça t’embête tant que je sorte avec Damien ?

-Qu’est ce qu’il a de plus que moi ?

-Il n’est pas mon coloc.

-Ok, je fais mes valises et je me tire.

-T’es con.

-J’ai très envie de tenter quelque chose avec toi, ajoute-t-il après un silence.

 

 De but en blanc, une déclaration de la part d’Enek, ça fait bizarre. Il est minuit passé, Florian dort, et Sophie révise un devoir d’Espagnol dans sa chambre. Quand j’ai frappé à sa porte entrouverte, j’avais l’image d’Enek m’embrassant. Je me disais « quel con » et ensuite j’ai revu la scène où c’était moi qui l’embrassait. Et ça m’a posé plein de questions.

 Je suis restée silencieuse. Je pouvais m’asseoir à côté de lui, ou prendre une chaise un peu à l’écart. J’ai choisi la chaise.

-Je m’entends bien avec Damien. Et je n’ai pas envie de le quitter pour quelque chose d’incertain avec toi.

-Tu n’as rien en commun avec lui. Vous vous connaissez depuis une semaine ! On vit ensemble depuis trois mois. Je connais tes horaires de fac, j’ai rencontré tes copines, je connais la marque de tous tes cosmétiques, je sais que tu n’aimes pas le lait et que tu bois du thé à la menthe le dimanche soir.

-Justement.

-J’ai envie de te dire un truc du genre « j’ai jamais ressenti ça avant pour une fille », mais ça ferait ringard.

-En effet. Et tu ne le penses pas vraiment. Et ça te va pas de dire ça.

-Viens sur mon lit s’il te plait.

 Il a un air un peu triste. Comme un gamin à consoler. Je me lève de ma chaise et viens m’asseoir à côté de lui. Il s’allonge en me prenant la main.

-Met toi juste à côté, je te promets que je ne tenterai rien.

 Je m’allonge à côté de lui et il passe son bras sur ma taille.

-Tu vois, me dit-il tout bas, on est bien tous les deux. Ça pourrait être simple.

 Un peu de fatigue. Un peu de laissé aller. Je me suis endormie dans ses bras.

 

Là où ça a fait désordre, c’est quand j’ai croisé Sophie le matin, en sortant de la chambre d’Enek.

-Oula… réconciliation sur l’oreiller !

-Sophie. Ta gueule.

-Hummm… il a pas été à la hauteur ?

-Sophie. Chut. Ferme-là.

Posté par doidepou à 19:41 - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 avril 2007

Sophie 9

 

Sophie

 

 Je me suis allongée sur mon lit, le papier avec le numéro de portable dans la main, mon téléphone de l’autre. Un texto court. Simple. Je lui propose un verre en ville ? Je lui demande son prénom ? Je reste sobre ? Extravagante ?

« Salut, je suis la fille en retard de l’autre jour. Si on se revoyait plus au calme ? Donne moi tes disponibilités ? »

Envoyé. Envoyé ! Eh eh eh !! Qui ne tente rien n’a rien !

 Réponse une heure après.

« Charmé de ton message. Jeudi soir 20h près de l’église Saint Maurice ? »

 Charmé ! Il est charmé ! Je suis donc charmante ?!

« ça marche pour moi »

 

 Enek rentre en claquant la porte. Lou ne lui adresse plus la parole, on dirait que quelque chose couve, et ça ne va pas tarder à exploser.

-Enek ? C’est ton tour de cuisine !

-J’ai pas d’idée, ça sera des pâtes sauce tomate.

-Je préférais quand c’était Florian aux fourneaux.

-Pourquoi vous êtes toutes les deux folles de Florian ?

-Il respecte nos règles.

-Vos règles ?

-Il est attentif et nous laisse la salle de bain quand on est à la bourre. Ce qui n’est pas ton cas.

 Je rigole devant l’incompréhension d’Enek.

-Tiens, je te donne une chance pour remonter dans mon estime. D’après toi, je mets quoi pour mon rendez vous ?

-T’as un rendez vous ?

-Un inconnu, jeudi soir.

 Enek lève le bras en signe d’abandon et part dans sa chambre, l’air dépité.

Posté par doidepou à 12:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]